Accueil > Informations générales > Mouillages dérivants

Mouillages dérivants

jeudi 21 août 2014

Le mouillage (Schéma en bas), initialement prévu avec deux lignes, une pour la production (à gauche) et une pour les pièges à sédiment (à droite), a été déployé au début de chaque station longue mais de façon indépendante pour la ligne "production" et la ligne "pièges". Les prélèvement à la CTD-rosette ont systématiquement été réalisé à proximité du mouillage "pièges" pendant le temps d’occupation des stations.

LIGNE "PRODUCTION" : AQUAMOUT

Le premier mouillage correspond à la mise à l’eau de l’AQUAMOUT, composée de 9 niveaux différents (adaptable à 5 m près) et représentant globalement les profondeurs où nous trouvons 75, 54, 36, 19, 10, 2.7, 1, 0.3 et 0.1 % de la lumière incidente. Comme ordre de grandeur, cela représente entre 5 m et 180 m à la station LD C, à l’ouest de la gyre.

A chaque niveau, les différentes bouteilles permettant les mesures de production en carbone, oxygène et azote, sont amarrées pour 24-h d’incubation (figure ci-dessous). Initialement, les prélèvements ont été réalisés à la rosette de bouteilles Niskin aux différentes profondeurs souhaitées, puis les différents traceurs ont été ajouté avant d’installer les flacons et de mettre à l’eau le mouillage. A la fin de l’incubation, la ligne est récupérée et les échantillons analysés. Cette opération se reproduit 3 fois à chaque station longue.

LIGNE "PIEGES"

La ligne "pièges" est mise à l’eau en début de station et récupérée en fin de station, et uniquement pour les stations dites de longue durée. La matière qui chute est quantifiée toutes les 24-h grâce à un système de rotation des godets de récupération. Les analyses sont réalisées bien après le retour au laboratoire par la cellule "pièges" de l’INSU.

Le document suivant présente les profondeurs d’immersion prévues pour les différents appareils sur le mouillage "pièges".

Le schéma de piège dérivant initialement prévu et finalement séparé en deux lignes indépendantes.